La voiture électrique en 2010

Quasiment 70% des français se disent prêts à rouler écolo en 2010, un plébiscite qui encourage les constructeurs automobiles à activer le pas quant à la mise sur le marché de voitures électriques.

Un marché devenu porteur ?

N'y allons pas par quatre chemins : les constructeurs automobiles sont des entreprises, et les entreprises ont pour but de faire du profit. La donne est donc très simple pour eux : si le grand public est prêt à acheter des voitures électriques (sous-entendu que les caractéristiques de ces véhicules moins polluants les satisfont), les constructeurs engagent des dépenses conséquentes en recherche et développement pour se donner les moyens de mettre en vente de telles voitures sur le marché. Dans le cas contraire, les avancées sont beaucoup plus lentes, et se cantonnent à des travaux d'arrière plan, qui n'occupent pas le devant de la scène. Ce dernier cas de figure a prévalu pendant de nombreuses années, mais il semblerait que la donne soit en train de changer…

Si on en croit des sondages récents (mi 2010), 70% des français sont aujourd'hui prêts à s'équiper d'une voiture électrique, pour le peu qu'elle ne soit pas plus chère à l'achat qu'une voiture traditionnelle. Un véritable plébiscite, qui a, semble-t-il, surpris du monde dans le domaine automobile… De quoi provoquer l'effervescence du coté des constructeurs (également sollicités en ce sens par les autorités publiques) pour annoncer et venter les qualités de leurs modèles électriques lors du mondial de l'automobile 2010.

Quelques modèles qui ont le vent en poupe…

Voici quelques modèles de voitures électriques qui semblent s'affirmer comme des produits phares des marques pour les mois à venir.

Kia Pop

La Kia Pop est proposée par le constructeur coréen Kia Motors. En dehors de son allure étrange et tendance, cette voiture n'émet pas de CO2, grâce à sa motorisation full électrique, que l'on recharge simplement sur secteur. Trois personnes peuvent monter dans cette petite citadine écolo !

Mercedes Classe AE-Cell

Cette voiture électrique est la nouvelle classe A de la marque allemande. Elle affiche une autonomie très intéressante (mais peut être encore insuffisante) de 200 Km. Une tendance d'allongement de l'autonomie des batterie qui augure un bon développement pour l'automobile électrique. En dehors de ces caractéristiques, cette Mercedes a une ligne intéressante, comme ses grandes soeurs…

Renault Dezir

Le petite dernière électrique de la firme française donne dans le design extravagant, aux allures de Ferrari. Elle a une autonomie de 160 Km, ce qui n'égale pas la Classe AE-Cell, mais qui reste honorable.

Bluecar 4 places

En terme d'autonomie et de « praticité », c'est sans doute la Bluecar 4 places de Bolloré qui remporte la palme : rechargée en 3 heures sur une prise secteur classique, elle peut rouler plus de 250 kilomètres ! Sa batterie lithium polymère lui permet d'atteindre la vitesse de 130 Km/heure, pour une durée de vie de plus de 200000 kilomètres. Elle sera disponible à partir du printemps 2011.

Voiture électrique Bluecar
La voiture électrique Bluecar, photo Wikipedia

Pour l'écologie, un seul critère d'évaluation : le coefficient carbone

On pourrait parler des heures de l'autonomie, de la vitesse maximale ou d'autres caractéristiques de la voiture électrique. Pour en apprécier l'intérêt en terme d'écologie, il faut choisir le bon critère d'évaluation. Ce critère, c'est le coefficient carbone.

Il est très intéressant de proposer une voiture propre au fonctionnement, mais il faut également intégrer dans les calculs la quantité de C02 dégagée pour produire l'énergie qui alimente le véhicule, pour l'acheminer jusqu'à nous, ou encore pour en recycler les composants. À ce sujet, je vous recommande d'ailleurs la lecture de notre dossier sur l'énergie grise.

Après les biocarburants qui ont fait parler d'eux à cause de leur coefficient carbone assez élevé (de leur production à leur transport) et les moteurs à hydrogène, moins polluants, mais nécessitant une ingénierie pointue pour leur développement, il semble aujourd'hui que l'électricité soit une candidate crédible pour la mise sur le marché de voitures propres, notamment depuis que les progrès concernant les batteries électriques se sont intensifié, sous l'impulsion d'entreprises comme Saft ou encore Kokam.

La Rochelle, ville de voitures électriques ?

Les Rochellais le savent, la bagnole polluante connait de mauvais jour dans la capitale de l'Aunis. Après des efforts précoces et novateur en matière de vélo à louer, La Rochelle se distingue une nouvelle fois avec la mise à disposition dans la ville d'un parc de voitures électriques à louer. Belle initiative : gageons que d'autres villes lui emboiteront le pas dans le domaine de la voiture électrique !

L'écoconduite pour tous

C'est possible !